Propos insignifiants

Des livres et des écrivains, en toute légèreté.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Habemus papam

Aller en bas 
AuteurMessage
Sébastien
Langue pendue


Nombre de messages : 63
Date d'inscription : 07/04/2005

MessageSujet: Habemus papam   Mar 19 Avr 2005 - 20:22

International

Le successeur de Jean Paul II est élu

AP | 19.04.05 | 19:32


CITE DU VATICAN (AP) -- Jean Paul II a un successeur. Au deuxième jour du conclave, les 115 cardinaux électeurs ont élu mardi le 265e pape de l'Eglise catholique. Peu après 18h, les cloches ont retenti pour annoncer l'élection du nouveau souverain pontife, après plusieurs minutes de confusion sur la couleur de la fumée s'échappant de la cheminée de la chapelle Sixtine.
Radio Vatican avait d'abord annoncé que la fumée était noire, ce qui aurait voulu dire que le scrutin était infructueux, avant de revenir sur son jugement, estimant que la couleur était difficile à distinguer. Mais pour la foule massée sur la place Saint-Pierre de Rome, il n'y avait pas de doute, la fumée était bien blanche. Des applaudissements et des acclamations ont retenti bien avant que les cloches ne sonnent pour confirmer l'élection.
Les fidèles ont scandé «Viva il Papa», «Vive le pape» quand les cloches ont retenti au bout de longues minutes, confirmant que le nouveau pape était élu. C'est justement pour éviter toute confusion que le Vatican avait prévenu avant le conclave que pour la première fois les cloches accompagneraient la traditionnelle fumée blanche.
«Cela ne fait que 24 heures, c'est surprenant comme il a été rapidement élu», commentait Radio Vatican. Le pape n'a été élu en effet qu'après quatre ou cinq tours de scrutin.
Les pélerins continuaient d'affluer sur la place Saint-Pierre de Rome qui se remplissait alors que les cloches sonnaient toujours dix minutes après avoir retenti pour la première fois. Les fidèles attendaient à présent de connaître le nom du successeur de Jean Paul II et de voir apparaître le nouveau pape.
Parmi la foule qui criait et applaudissait, Niels Hendrich, un commerçant de Hambourg, âgé de 40 ans, sautait de joie, annonçant la nouvelle à son père par téléphone. «Habemus papam», hurlait-il dans son mobile, reprenant la formule latine consacrée qui devait bientôt être annoncée. AP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sébastien
Langue pendue


Nombre de messages : 63
Date d'inscription : 07/04/2005

MessageSujet: Re: Habemus papam   Mar 19 Avr 2005 - 20:24

Le terrible Ratzinger devrait faire un pape fort peu consensuel. Tant mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fabien
Bavard


Nombre de messages : 38
Localisation : Paris
Date d'inscription : 07/04/2005

MessageSujet: Re: Habemus papam   Mar 19 Avr 2005 - 21:29

Sébastien a écrit:
Le terrible Ratzinger devrait faire un pape fort peu consensuel. Tant mieux.

Tant mieux pour qui, pour l'Eglise ? Question
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sébastien
Langue pendue


Nombre de messages : 63
Date d'inscription : 07/04/2005

MessageSujet: Re: Habemus papam   Mar 19 Avr 2005 - 23:07

Bernard B a écrit:
Tant mieux pour qui, pour l'Eglise ?

Tant mieux pour l’Eglise, tant mieux pour les catholiques.

«Je souhaite voter par-dessus tout pour un berger. Je ne vais pas voter pour un politicien. Maintenant, pour ce qui est du conservatisme, tous les papes doivent être conservateurs. Saint Paul a dit à ses disciples : «Conservez intact l'héritage de la foi.» Un conservateur est quelqu'un qui conserve. Un pape ne peut être libéral en ce qui concerne la doctrine de l'Église.» (Jorge Medina, cardinal chilien)

C’est une des raisons du choix de Ratzinger, outre la continuité avec Jean-Paul II. Je pense qu’en choisissant un pape européen, l’Eglise a montré que l’avenir de notre continent est une de ses priorités. C’est pourquoi l’élection de Benoît XVI est aussi bénéfique pour nous. On sait que le nouveau pape est hostile à l’entrée de la Turquie dans l’Europe. Alors, évidemment, certains sont déçus, ils parlent de durcissement du dogme. Mais que veulent-ils, la disparition du catholicisme ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fabien
Bavard


Nombre de messages : 38
Localisation : Paris
Date d'inscription : 07/04/2005

MessageSujet: Re: Habemus papam   Mer 20 Avr 2005 - 10:57

Sans vouloir en rien préjuger du règne de Benoît XVI, on peut quand même se demander si l’immobilisme et la rigidité doctrinale sont bénéfiques pour l’Eglise, de nature à faire revenir les fidèles et à susciter des vocations. Et n’est-ce pas un peu facile comme attitude de dire « rien ne doit bouger » ?

Juste un exemple, si on te dit « pas de sexe avant le mariage », es-tu d’accord ? Question
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sébastien
Langue pendue


Nombre de messages : 63
Date d'inscription : 07/04/2005

MessageSujet: Re: Habemus papam   Mer 20 Avr 2005 - 21:45

Je suis naturellement conservateur, donc a priori la rigidité doctrinale ne me choque pas. Je te rappelle que le mot dogme vient du grec dogma qui veut dire croyance. Faut-il modifier la croyance ? Faut-il que l’Eglise renonce à sa prétention de détenir la vérité ? Si oui, le catholicisme est une croyance comme une autre, nous tombons dans le piège du relativisme.

Je reconnais qu’en matière de mœurs, le message de l’Eglise passe fort mal. Doit-elle renoncer à intervenir dans ce domaine ? Si oui, alors laissons libre cours au libertinage le plus effréné, à l’homosexualité, au mariage entre personnes du même sexe, au clonage humain, etc, etc. Autant que l’Eglise se saborde et qu’on n’en parle plus.

Honnêtement, tu ne peux pas dire que l’Eglise n’a pas bougé, le concile de Vatican II en est la preuve. D’ailleurs, certains ne l’ont toujours pas digéré. Cela étant, elle n’a pas à suivre la société dans tous ses errements, elle est là pour rappeler la règle, que ça plaise ou non. Donc pas de sexe avant le mariage, ça ne me choque pas. C’est un idéal, certes difficile à atteindre. Tu préfères qu’elle dise aux jeunes gens d’aller à fond dans la débauche ? Et puis, si elle cède sur ce point, on lui demandera de céder sur d’autres, à l’infini, jusqu’à ce que la croyance ne soit plus qu’une coquille vide. L’Eglise n’a pas à se calquer sur les évolutions de la société au millimètre. Alain Besançon a écrit un petit livre là-dessus, il appelle cela la « tentation démocratique », piège fatal puisque la démocratie ne reconnaît aucune vérité absolue et révélée (Trois tentations dans l’Eglise, collection tempus).

Je vais passer pour un puritain mais je m’en fous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fabien
Bavard


Nombre de messages : 38
Localisation : Paris
Date d'inscription : 07/04/2005

MessageSujet: Re: Habemus papam   Jeu 21 Avr 2005 - 22:59

Sébastien a écrit:
Je suis naturellement conservateur, donc a priori la rigidité doctrinale ne me choque pas. Je te rappelle que le mot dogme vient du grec dogma qui veut dire croyance. Faut-il modifier la croyance ? Faut-il que l’Eglise renonce à sa prétention de détenir la vérité ? Si oui, le catholicisme est une croyance comme une autre, nous tombons dans le piège du relativisme.

Ton point de vue est tout à fait cohérent, le mien est sensiblement différent : je dissocie tout à fait la croyance, ou la foi, de ce qu'on appelle communément le "dogme", c'est-à-dire un ensemble d'affirmations et de règles ne venant pas de Dieu pour la plupart mais édictées par des hommes. En d'autres termes, je préfère m'adresser au Bon Dieu qu'à ses saints. Par exemple, il est évident que la place de la femme dans la religion catholique a été occultée à travers les siècles par le clergé, Jésus n'ayant jamais dit que les prêtres ne devaient pas se marier, et d'ailleurs les protestants et les orthodoxes le font. D'où la fantastique résonnance qu'a trouvée à travers le monde le "Da Vinci Code", dont le message est justement de revaloriser le rôle de la femme dans le christianisme.

Sébastien a écrit:
Donc pas de sexe avant le mariage, ça ne me choque pas. C’est un idéal, certes difficile à atteindre. Tu préfères qu’elle dise aux jeunes gens d’aller à fond dans la débauche ? Et puis, si elle cède sur ce point, on lui demandera de céder sur d’autres, à l’infini, jusqu’à ce que la croyance ne soit plus qu’une coquille vide. L’Eglise n’a pas à se calquer sur les évolutions de la société au millimètre.

Je ne dis pas qu'il faille tomber d'un extrême à l'autre. Je comprends que la chasteté avant le mariage puisse être vue comme une sorte d'idéal, mais quand une règle est aussi souvent transgressée que celle-là, on peut quand même se poser des questions sur sa validité et son maintien : quand une règle n'est plus du tout respectée, ça décrédibilise les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sébastien
Langue pendue


Nombre de messages : 63
Date d'inscription : 07/04/2005

MessageSujet: Re: Habemus papam   Ven 22 Avr 2005 - 21:35

Ton point de vue se tient, même si je ne le partage pas. Sais-tu pourquoi la règle du célibat des prêtres a été imposée ? Pour éviter que les charges ecclésiastiques soient accaparées par une même famille et se transmettent d’une génération à une autre. Bref pour bien marquer l’autonomie du religieux par rapport au monde profane. Ce n’est pas parce que les protestants et les orthodoxes autorisent le mariage des prêtres que les catholiques doivent les imiter. On peut aussi se demander si le modernisme à tout prix (mariage des prêtres, sacerdoce des femmes…) est de nature à remplir les églises et résoudre la crise des vocations.

Quant à la règle de la virginité des époux, elle peut se comprendre, étant donné que le mariage est un sacrement. Je vois mal un changement dans ce domaine. Ensuite, qu’elle soit respectée ou pas est secondaire. Disons qu’il y a une certaine tolérance là-dessus, plus ou moins grande suivant les époques. Comme pour le concubinage des prêtres, toléré pourvu qu’il reste discret. Ce n’est pas parce qu’une règle n’est pas appliquée de manière inflexible qu’il faut la modifier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fabien
Bavard


Nombre de messages : 38
Localisation : Paris
Date d'inscription : 07/04/2005

MessageSujet: Re: Habemus papam   Sam 23 Avr 2005 - 15:32

Sébastien a écrit:
On peut aussi se demander si le modernisme à tout prix (mariage des prêtres, sacerdoce des femmes…) est de nature à remplir les églises et résoudre la crise des vocations.

Pour moi ce n'est pas du modernisme mais du simple bon sens. Et oui, je suis intimement persuadé que ça pourrait redynamiser l'Eglise. Dans bon nombre de paroisses, ce sont les femmes qui sont les plus actives, et elles sont souvent frustrées de ne pas être reconnues davantage. Et puis, accessoirement, ça pourrait mettre un terme à tous ces scandales de pédophilie. Mais il faudrait beaucoup de courage pour faire ces réformes que Benoît XVI n'accomplira sans doute pas. Sais-tu que d'après les prophéties de Saint-Malachie, il serait le dernier pape ? Ca ne prouve rien, bien sûr, mais on ne peut quand même pas dire que l'Eglise se porte si bien que ça. En tout cas, je ne pense pas que le maintien de la rigidité doctrinale séduira grand monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LP de Savy
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 710
Date d'inscription : 06/04/2005

MessageSujet: Re: Habemus papam   Lun 2 Mai 2005 - 0:52

Je partage assez ce qu'écrit Pascal Sevran dans le courrier qu'il a adressé à Libération (paru le 28 avril) :

"Sa Sainteté Benoît XVI ne plaît pas à mademoiselle Clémentine Autin, adjointe apparentée communiste au maire de Paris. Elle est déçue, elle l'a dit sans ambages sur i-Télévision, où elle se présente plusieurs soirs par semaine pour délivrer la bonne parole. Donc Benoît XVI ne lui plaît pas du tout, d'abord il est allemand, mademoiselle Autin n'est pas raciste mais elle eût préféré un Sud-Américain ou un Africain. Pourquoi pas en effet ? Le rouge et le noir se marient si bien.
Mais pire encore : il est contre l'homosexualité, l'avortement, l'ordination des femmes, le mariage des garçons, le divorce et peut-être même l'échangisme. Nous attendons haletants des précisions sur ce point.
Qu'un pape ne soit pas progressiste la scandalise, oubliant au passage qu'il n'a pas été élu patron de la CGT. On se demande en quoi cette ravissante conseillère municipale qui ne croit pas en Dieu plus que nous est concernée par ces affaires qui regardent d'abord, me semble-t-il, les catholiques pratiquants ? Et par ailleurs, que disait-il de tellement révolutionnaire, ce Jean-Paul II adulé par la planète à genoux ?
Nous vivons décidément dans un monde de fous où l'on espère des dictateurs un peu plus démocrates, des rois élus au suffrage universel et un pape directeur du planning familial. Soyons juste, Benoît XVI ne déplaît pas à mademoiselle Autin, il déplaît à tous ceux qui n'ont jamais mis les pieds dans une église. Cela fait du monde.
Je trouve, moi, qu'il a la tête de l'emploi. Une belle tête de pape. Il sera parfait. Nous l'écouterons avec ferveur nous parler d'amour à sa façon, qui n'est pas exactement la nôtre, et nous nous passerons de sa bénédiction pour faire l'amour comme nous voulons, avec qui nous voulons, dans la position qu'il nous plairait. L'Enfer ne nous fait pas peur. Le Paradis non plus."


Le titre de la lettre, sans doute choisi par le quotidien, est étrange : "Le pape, nous nous en passerons...". Je n'ai pas trouvé qu'il s'agissait-là de l'idée principale du texte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Habemus papam   

Revenir en haut Aller en bas
 
Habemus papam
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Propos insignifiants :: Archives :: Ailleurs-
Sauter vers: