Propos insignifiants

Des livres et des écrivains, en toute légèreté.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Karl Zéro par Patrick Besson

Aller en bas 
AuteurMessage
LP de Savy
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 710
Date d'inscription : 06/04/2005

MessageSujet: Karl Zéro par Patrick Besson   Sam 31 Déc 2005 - 16:05

Zéro est arrivé

Patrick Besson (Le Point 11/07/03)

Chaque fois que j'ai Karl Zéro au téléphone, ce qui n'arrive pas si souvent, il me dit qu'il est plus intelligent que moi, parce qu'il est plus riche. Tout ça évidemment sur le mode du tutoiement communiste. J'admets que ça m'agace. Karl a souvent sa fortune à la bouche, sans doute parce qu'il l'a sans cesse à l'esprit. Le grand mérite de Canal + aura été d'avoir permis à toute une génération de déviants de s'enrichir en défendant leurs idées subversives de jeunesse. Sur les barricades de l'Audimat, ils ont conquis le droit de payer l'impôt sur la fortune. La révolution a eu lieu sur leur compte en banque. C'est ce qu'on appelle une rente de situationnisme. Après la déroute de la chaîne cryptée, ces millionnaires de la révolte se sont réfugiés dans leurs grands appartements parisiens, où ils recomptent leurs indemnités de départ en exil du petit écran. Le seul jouet idéologique qui leur reste est un antifascisme d'autant plus agréable à regarder qu'il n'y a pas de fascisme, ce qui leur permet de dormir tranquilles sur leurs actions et obligations. Les antifascistes italiens de 1930 ou grecs de 1970 avaient le sommeil plus agité.

Karl Zéro s'est fait, dans ses diverses émissions de télé, une spécialité de redresseur de torts. C'est le vengeur pas masqué. Il aime aussi beaucoup dénoncer les scandales. Il veut en finir avec le fléau de la corruption. La corruption est un vieux dada des Français, notamment les Français d'extrême droite. C'est la litanie du « tous pourris », vieille scie réactionnaire que Karl a retirée du grenier de l'idéologie française pour en faire l'arme de son succès médiatique. Il est devenu le Monsieur Propre de la vie politique, ce qui n'a du reste pas échappé au tueur en série Patrice Alègre. Chaque semaine, il explique aux téléspectateurs que, s'ils ont perdu leur boulot, ont un appartement de merde et une vie de chiottes, c'est à cause de tous ces politiciens corrompus qui s'en mettent plein les poches. Karl définit un Mal occulte et omniprésent, force étrange et impalpable que lui seul, avec son équipe de fins limiers, est capable de pister, de dénoncer et de détruire. Chaque semaine, il prend son bâton de pèlerin pour tabasser les hommes politiques et les hommes d'affaires qui ont fait du tort à son bon peuple de téléspectateurs. Il distribue les bénédictions et les malédictions sous les applaudissements de complaisance d'un jeune public censé entraîner l'adhésion de la personne qui regarde l'émission seule chez elle. C'est une simple et tranquille manipulation de masse dont le véritable objectif n'est pas l'amélioration des conditions de vie des Français, mais l'amélioration des conditions de vie de Karl Zéro.

Zéro, quels que soient les efforts hebdomadaires qu'il fournit pour se construire sa propre statue gigantesque sur l'immense esplanade du politiquement correct, est subi plus qu'aimé, sinon son journal - Le Vrai Papier Journal, qui a cessé de paraître en juillet 2002 - aurait eu autant de succès que ses émissions. C'est une chose d'allumer sa télé par indifférence, c'en est une autre d'aller au kiosque par amusement, et c'en est encore une troisième d'entrer dans une librairie ou dans un cinéma par amour. L'unique tentative littéraire de Karl - « Farce nationale » (Editions du Rocher) - et sa seule expérience cinématographique - « Le tronc » - ont été de sévères échecs. C'est vrai qu'il flotte un parfum de désastre autour de ce pile wonderboy du PAF. Il n'a pas une odeur de soufre mais une odeur de gouffre. Il ne peut s'exprimer que par la parodie, le démarquage, la caricature, le truquage, comme si, non content de faire un vrai-faux journal, il était un vrai-faux être humain. Comme s'il n'était personne. Zéro.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sébastien
Langue pendue


Nombre de messages : 63
Date d'inscription : 07/04/2005

MessageSujet: Re: Karl Zéro par Patrick Besson   Jeu 5 Jan 2006 - 13:21

Patrick Besson a bien jugé le sinistre Karl Zéro. L'expression 'Vrai journal' doit s'entendre selon le sens contraire de sa signification habituelle, exactement comme le Ministère de l'Amour dans '1984' de George Orwell. Dans le journal de Karl Zéro, on torture la vérité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Karl Zéro par Patrick Besson
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Shogun ! (jeu Patrick)
» Bonne Fête Patrick Ayotte!
» WebRadio avec Patrick Essa!
» [ Roman maritime ] Les aventures de Jack Aubrey, Patrick O'Brian
» Bon anniversaire à Patrick H.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Propos insignifiants :: Archives :: Ecrivains :: Patrick Besson-
Sauter vers: