Propos insignifiants

Des livres et des écrivains, en toute légèreté.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Quel temps fait-il en Afrique ? de Martha Gellhorn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
LP de Savy
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 710
Date d'inscription : 06/04/2005

MessageSujet: Quel temps fait-il en Afrique ? de Martha Gellhorn   Lun 26 Juin 2006 - 12:25

Femme de tête et de Hemingway

Par Clémence Boulouque

22 juin 2006, le Figaro Littéraire

Ce personnage romanesque, épouse de Jouvenel et de Hemingway, fut aussi un écrivain dont les nouvelles paraissent aujourd’hui en France.


De Hemingway, il ne fallait ­surtout pas lui parler. Entre 1940 et 1945, Martha Gellhorn a été la troisième épouse du romancier américain. Mais le mariage n’allait pas durer et, surtout, rien n’allait plus mal à cette amazone, version du XX e siècle et reporter de guerre, qu’une étiquette de femme du grand homme.

Née en 1908 à Saint Louis, dans le Missouri, d’un père émigré allemand et médecin et d’une mère suffragette, Martha abandonne ses études, impatiente de courir et de couvrir le monde, et part pour Paris. Durant son séjour en Europe, elle épouse Bertrand de Jouvenel, le beau-fils de Colette, qu’elle déteste, et signe son premier roman, What Mad Pursuit, dans lequel elle donne naissance au personnage de Charis Day, son double, femme et journaliste. Puis elle regagne les Etats-Unis où elle entre à la Federal Emergency Relief Administration, un organe du New Deal ; ses reportages sur la grande dépression s’inscrivent dans la ­lignée de ce nouveau journalisme incarné notamment par James Agee.

Les femmes, mais plus encore les hommes succombent à son pouvoir de séduction, dont elle use avec désinvolture, et qui trace sa légende : parmi ses conquêtes supposées figure notamment HG Wells. En 1937, elle retourne en Europe pour couvrir la guerre d’Espagne avec Hemingway, rencontré quelques mois avant, à Noël, et en qui elle avait d’abord vu « un gros monsieur malpropre en short et chemise fripés et d’un blanc douteux ». Après son ­­ma-riage avec lui, immortalisé par ­Capa, et le divorce, les chemins de sa vie se confondent ensuite avec ceux de ses reportages pour ­ l’ Atlantic Monthly , et l’entraînent au Moyen-Orient, en Israël, lors de la guerre des Six-Jours, au Vietnam et en Amérique centrale.


Une fine cruauté


En attendant, peut-être, la traduction de ses recueils d’articles, il est heureux que paraisse enfin un de ses quatre volumes de nouvelles. Quel temps fait-il en Afrique ? rassemble trois textes nés de son séjour au Kenya dans les années 1960. Elle, qui aimait se voir en prédatrice d’hommes, donne une prose dans laquelle les êtres s’entre-dévorent. De son écriture fusante, elle imprime même une tension, un rythme haletant, aux situations en apparence les plus ­statiques comme dans La Montagne , où deux soeurs doivent ­reprendre la pension familiale ­face au Kilimandjaro. L’une est ­ravissante, chérie de ses parents, l’autre ­plus disgracieuse. La première a échoué dans ses ambitions de princesse et son tour d’Europe, et s’abandonne dans les bras d’un futur ministre du pays, glissant quelques réflexions racistes pour lesquelles il décide de la punir en la dominant et l’humiliant. Sa peinture des sentiments et des moeurs d’expatriés coupés de tout pourrait faire de Martha Gellhorn une Karen Blixen des lendemains de l’indépendance, lorsque les anciens colons décident, ou non, de voir leurs univers changer. Chercher à voir. Telle était la vie de Martha Gellhorn. Sans doute est-ce pourquoi, dans ses nouvelles comme dans ses ­reportages, elle avait, pour voir les myopies et le monde aveuglé, une fine cruauté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Quel temps fait-il en Afrique ? de Martha Gellhorn
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quel temps fait-il chez vous?
» Script météo Zscripts en panne ?
» Clins d'oeil et humour [spoiler à différents étages]
» Les poèmes qu'ils sont beaux
» [Lyon]Résultat du tournoi de joute du 15 mai 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Propos insignifiants :: Archives :: Ecrivains :: Ecrivains américains-
Sauter vers: