Propos insignifiants

Des livres et des écrivains, en toute légèreté.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Panthéon de Yann Moix

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
LP de Savy
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 710
Date d'inscription : 06/04/2005

MessageSujet: Panthéon de Yann Moix   Sam 30 Sep 2006 - 22:20

La Panthéonade de Moix

Éliette Abécassis, le Figaro 28 septembre 2006.


Le Moix est haïssable. Mégalomane, autodestructeur, se haïssant autant qu'il hait les autres, nihiliste, voici Yann dans la plénitude de son Moix, auréolé du succès de Podium, devenu un film populaire. Il signe là une autobiographie-biographie de Mitter­rand, dans laquelle il révèle le drame de sa vie. Avec cruauté, sans sentimentalisme, sans complaisance, Moix livre son secret, d'une façon poignante, justement parce qu'il ne cherche pas à être poignant, préférant se dissimuler sous un masque goguenard et hideux, dans le sillage de Marc-Édouard Nabe. Battu avec un fil électrique, le jeune Moix attendait d'être martyrisé dans sa chambre, qui était devenue « l'antichambre des coups », car il faut que l'enfant soit « neuf » pour qu'on puisse recommencer à le frapper.
Dans cet opus, les coups pleuvent comme les hapax : Moix invente un langage pour ­décrire la destruction d'un psychisme à travers la déstructuration des mots, qui s'organisent autrement que dans le langage courant, s'affolent, se bousculent, se collent les uns aux autres, comme s'ils étaient effrayés, submergés, comme s'ils cherchaient à se protéger : le verbe chaotique de Moix révèle le chaos infini d'une âme d'enfant saccagée. Et le voici dans sa révolte, sa haine et son mépris de la province, déjà virulents dans Podium : Orléans et sa forêt où son père lui faisait passer la nuit pour le punir.

Au travers de ce néant proche de la folie, il y a la lumière : celle des images auxquelles l'enfant a pu s'identifier pour sauver sa peau. Ce sont des personnages, politiques ou littéraires - qui ont permis à l'enfant de survivre à ses blessures, qui l'ont sauvé de la folie ou de la mort. Chacun lui apportant une ­réponse : et en premier lieu, François Mitterrand, élu lorsque Moix avait 13 ans. Le destin du jeune Moix va alors s'identifier à celui du président, dépeint d'une façon cynique et désabusée à la manière du Cloclo de Podium, dans ses mensonges, ses errances et ses vices.
Mais le problème de ce livre - autant que son originalité - consiste dans le fait qu'il est à la fois une autobiographie de Moix et une biographie de François Mitterrand. C'est comme s'il y avait deux ou trois livres, en un : celui de l'enfance, celui de Mitterrand et celui du Panthéon personnel de Moix, foisonnant et hétéroclite, plein de haine et d'admiration à la fois. Comme dans la chambre, le lecteur attend le prochain coup, et les transitions sont souvent abruptes, entre Sacha Guitry, Benoît Poelvoorde et Catherine Langeais. Il y aurait beaucoup à dire sur la génération ­Mitterrand, alors pourquoi a-t-on du mal à suivre cette fausse hagiographie aux visages multiples ?

Moix casse les côtes de ses icônes, a le courage de haïr les académies en tout genre, mais souvent il se trompe de cible (Malraux : « indéfectible cafard aux paradigmes imbitables et aux fulgurances mongoliennes » ?). Il se bat, se mutile lui-même jusque dans son projet d'écriture du livre, se saborde, accomplissant un suicide littéraire. Mais il reste, au sein de cette oeuvre folle, de vrais morceaux de bravoure, des élans lyriques, telle l'hilarante prosopopée du fascisme de Mitterrand, ou encore le passage sur Édith Stein, martyre dont les nazis voulaient le corps mais pas l'âme - et les coups pleuvaient sur le corps de Moix, mais pas sur son âme, mais ce sont les coups qui restent et l'âme est damnée.

Panthéon de Yann Moix - Grasset, 315 p., 18,90 €.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Panthéon de Yann Moix
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» bataille nain (yann) vs comptes vampire (tio luc)
» Yann-Loïc dit La quiche
» [DA] Le doubleur de Phénix, Panthéro, Mister T est décédé.
» commandes peinture (yann)
» Présentation Yann Datar

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Propos insignifiants :: Archives :: Ecrivains :: Autres écrivains français-
Sauter vers: