Propos insignifiants

Des livres et des écrivains, en toute légèreté.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le prix Interallié pour Michel Schneider

Aller en bas 
AuteurMessage
LP de Savy
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 710
Date d'inscription : 06/04/2005

MessageSujet: Le prix Interallié pour Michel Schneider   Jeu 16 Nov 2006 - 0:36

Michel Schneider, prix Interallié

Astrid Eliard, le Figaro du 15 novembre 2006.


Le dernier grand prix de la saison récompense «Marilyn, dernières séances», un roman qui réinvente la liaison de l'actrice avec le médecin qui aurait aimé la sauver.
L'INTERALLIÉ, c'était le prix de la dernière chance pour Michel Schneider. En lice pour le grand prix de l'Académie française, le Femina et le Goncourt, il est passé à deux doigts du Renaudot. Après quelques semaines d'attente, désagréables, consent-il, il clôt la saison littéraire dans une gloire de flashs. Michel Schneider l'a remporté au 6e tour de scrutin par six voix, contre deux à Isabelle Spaak pour Pas du tout mon genre (Éditions des Équateurs) et deux à Benoît Duteurtre pour Chemins de fer (Fayard).

Parmi les jurés, Michel Houellebecq, siégeant cette année au titre de lauréat 2005, roulait pour Duteurtre. Dans sa barbe, il marmonne que le roman de Schneider lui est tombé des mains. L'intéressé, pas rancunier, se montre en revanche très fier de lui succéder. Imperturbable dans l'essaim de journalistes et de photographes qui l'ont assailli, Michel Schneider savoure la reconnaissance d'un grand jury, celle qui, après la critique chaleureuse et le décollage des ventes, manquait à son palmarès. «Mon enfance de cancre m'a toujours éloigné des lauriers, aujourd'hui, je suis comblé», dit-il. Il y a deux mois, quand nous l'avions rencontré, l'auteur avait balayé d'un revers de manche la course aux prix.

Magistrat à la Cour des comptes, psychanalyste, écrivain et chroniqueur littéraire, Michel Schneider, s'il est un cancre, est un cancre surdoué. Il a été directeur de la musique et de la danse au ministère de la Culture sous Jack Lang, et publié de nombreux essais.

Une relation de fascination, de manipulation

Marilyn, dernières séances retrace dans un compte à rebours oppressant les trente derniers mois de la star de cinéma, et sa liaison avec son psychanalyste, Ralph Greenson. Entre le psy ténébreux et l'actrice fragile, s'installe une relation étrange, faite de fascination, d'amour jamais consommé et de manipulation. Le médecin transgresse tous les codes de la psychanalyse pour préserver Monroe de la mort. Une entreprise vaine, dans le cas morbide de Marilyn. Comme l'a dit Truman Capote, c'est la mort qui l'a assassinée.

Par un heureux hasard, ce roman vertigineux a paru au même moment qu'une exposition au Musée Maillol, qui portait, au singulier près, le même titre : Marilyn, la dernière séance. Des foules entières se sont pressées autour des photos tragiques de Bert Stern. Cette coïncidence n'est pas étrangère au succès du livre. La saison littéraire aurait été bien injuste d'oublier ce roman formidable, en forme de psychanalyse, où Marilyn nous apparaît dans toute sa complexité, sublime, visionnaire, touchante. Si l'Interallié ne remplace pas l'oscar qu'elle n'a jamais reçu, il réhabilite un peu sa mémoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le prix Interallié pour Michel Schneider
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» un petit mot pour michel (musfig)
» Est-il pertinent de mentionner le prix payé pour un vin décrit dans un CR ?
» Prix merlin pour la saison 4 de naheulbeuk 2eme tour
» Prix merlin pour la saison 4 de naheulbeuk
» grand prix expert : pour Yves

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Propos insignifiants :: Archives :: Autour du livre-
Sauter vers: