Propos insignifiants

Des livres et des écrivains, en toute légèreté.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La critique en reste au coup de gueule

Aller en bas 
AuteurMessage
LP de Savy
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 710
Date d'inscription : 06/04/2005

MessageSujet: La critique en reste au coup de gueule   Mar 30 Mai 2006 - 23:56

Géraldine Muhlmann, philosophe, démonte le travail sur les médias de Bourdieu, Chomsky... :

«La critique en reste au coup de gueule»

Par Olivier COSTEMALLE et Catherine MALLAVAL

samedi 19 juin 2004 (Liberation - 06:00)

La critique des médias fleurit. A 31 ans, Géraldine Muhlmann, agrégée de philosophie qui a exercé le journalisme en France et aux Etats-Unis, la décortique et la démonte, s'en prenant notamment à Pierre Bourdieu. Elle vient de faire paraître deux livres tirés de sa thèse : Du journalisme en démocratie, un essai philosophique sur ce que pourrait être un journalisme idéal, et une Histoire politique du journalisme, passionnante galerie de portraits où l'on croise des figures de muckrakers («fouille-merde» américains), du new journalism et aussi du Libération de la première époque (1).

Entretien.

Vous êtes très sévère avec la critique des médias telle que la pratiquent Serge Halimi, Pierre Carles, Noam Chomsky, Pierre Bourdieu, etc. Que lui reprochez-vous ?

Je ne lui reproche pas d'exister. Au contraire, il est sain, dans une démocratie, que les médias soient examinés de manière critique. Je ne lui reproche pas non plus son éventuelle violence, si elle est fondée. Mais je lui reproche d'être inaboutie, et du coup confuse. Elle en reste au registre du coup de gueule, elle ne va pas au bout de ses analyses, n'est pas claire sur ses implicites. Elle se prend le bon morceau, en dénonçant ce qu'il ne faut pas faire, sans s'attaquer aux grandes questions : qu'est-ce que ce serait, un bon journalisme ? Comment fait-on pour avoir un regard qui épouse la pluralité des points de vue ?

De Bourdieu, vous dites que sa méfiance à l'égard du journalisme n'est pas loin de verser dans l'antidémocratisme. Un peu rude, non ?

Il y a quelque chose de plus profond chez Bourdieu que chez Halimi et Chomsky, qui le rend aussi plus intéressant : Bourdieu met en cause la pratique journalistique en tant que telle, qu'il juge structurellement déficiente. Par là, c'est le fonctionnement même de nos démocraties modernes qu'il dénonce. Je ne dis pas que Bourdieu est un antidémocrate. Mais il est à la limite. Il semble d'ailleurs mal à l'aise avec les risques qu'il prend. Fondamentalement, pour lui, il y a le savant et il y a le profane. C'est un vrai clivage, avec d'un côté le sociologue qui touche la vérité du social, de l'autre le journaliste, et de façon générale le regard ordinaire du profane, qui reste rivé à la surface. Du coup, Bourdieu est contre ce que Kant appelait le principe de publicité, c'est-à-dire l'idée qu'un travail intellectuel doive être rendu public, exposé aux profanes, et qu'il gagne à l'être. Bourdieu a une tendance aristocratique à craindre l'exposition. Il se demande toujours : ai-je intérêt à vulgariser ? Est-ce le bon moment ? Je partage là-dessus la prudence d'un Michel Foucault, qui prenait ses distances avec certaines critiques des médias, en expliquant qu'il y a souvent, derrière, une haine de la curiosité, une certaine misanthropie, et une peur de la démocratie dans son caractère inattendu et effectivement profane.

Faut-il jeter toute la critique des médias avec l'eau du bain ? Certains arguments ne méritent-ils pas d'être retenus : par exemple, ceux sur la concentration des médias, sur leur appropriation par des intérêts industriels ?

Bien sûr qu'il faut dénoncer tout ce qui étouffe la pluralité. Mais on a tort de croire qu'on a tout réglé quand on a dénoncé, de manière souvent talentueuse et pertinente, les maux du journalisme d'aujourd'hui. Même s'il existait un journal utopique, sans aucune contrainte économique, avec des journalistes prêts à toutes les audaces, mes questions demeureraient : comment travailler son regard, comment le mettre en mots, en images ? Comment créer du lien, du commun, dans l'espace public, tout en faisant vivre du conflit ?

Que serait un journalisme idéal, selon vous ?

Il y a de grands «regardeurs» qu'on ferait bien d'étudier dans les écoles de journalisme. Car ils donnent des pistes de réflexion. Je pense à ceux que j'appelle les «témoins-ambassadeurs», une figure qui se décline dès la fin du XIXe siècle. Severine, par exemple, qui a couvert le procès Dreyfus avec un côté «j'y vais, je vois, et je vous dis». Ou les muckrakers («fouille-merde») américains. Ou encore Albert Londres et ses reportages sur les fous, les bagnards ou l'Afrique. Je définis aussi une autre catégorie de reporters dans le journalisme moderne, la catégorie des «décentreurs», qui essaient d'aller plus loin dans le côté «trouble-fête». C'est le cas du new journalism, ce mouvement contestataire du journalisme traditionnel qui, dans les années 60-70, dans des journaux comme The Village Voice, Esquire, Rolling Stone, refuse le clivage entre fiction et réalité. Car il y a toujours de la subjectivité, donc de la fiction, dans tout point de vue. Et le réel n'est qu'un foyer de contradictions, de malentendus, de fantasmes divers. L'exemple type, c'est Norman Mailer qui couvre une marche sur le Pentagone contre la guerre du Viêtnam, en 1967, et montre que c'est un affrontement avec une dimension fantasmatique considérable. On trouve encore des échos du new journalism dans le New Yorker ou dans le New York Times Magazine.

Et en France ?

Il y a eu Libé 1, les reportages de Marc Kravetz ou le travail de Jean Rolin. Mais, entre les revues et les quotidiens, cet espace d'enquête devrait être davantage occupé par les newsmagazines. On manque aussi de revues de critique détaillée des contenus journalistiques. L'Amérique, avec tous ses défauts, continue de donner de belles leçons de journalisme et de démocratie. Regardez la façon dont le New York Times a fait son autocritique sur la couverture de la guerre en Irak.


(1) Du journalisme en démocratie, Payot, 20 € ; Une histoire politique du journalisme, Le Monde-PUF, 26 €.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La critique en reste au coup de gueule
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Blog] Le coup de gueule de fin 2010
» COUP DE GUEULE : HAbbo INJOUABLE
» [Coup de gueule] Le Hobbit : des horaires et des tarifs à la con
» coup de "gueule"
» [Blog] Il était une fois la rédaction... [Coup de Gueule]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Propos insignifiants :: Archives :: Autour du livre-
Sauter vers: